Un « dimanche autrement » – Église dans le montargois

Osez un « dimanche autrement »

Vous avez certainement entendu parler des « dimanches autrement » !
Peut-être hésitez-vous encore à en organiser un dans votre secteur……C’est trop d’organisation ! Nous n’avons pas assez de moyens ! Nous n’avons pas de locaux ! Et pourtant c’est une expérience à la portée de tous.
Depuis plusieurs années, dans le Montargois Rural, nous vivons la rentrée missionnaire de la communauté comme un « dimanche autrement ». C’est un projet sans prétention mais qui s’enracine dans les propositions catéchétiques nationales.
Les Évêques de France dans le « Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France » nous incitent à construire des communautés vivantes : « la seule célébration de l’Eucharistie ne fait pas une communauté vivante ». Nous pouvons nous poser les questions suivantes : quels liens avons-nous entre nous, quand nous
nous croisons à la messe ? Où sont les jeunes parents ayant fait baptisé leur dernier né ? Où sont les parents des enfants catéchisés ? Où sont les jeunes ? Où sont les enfants ?
Si vous voulez voir des jeunes ou des enfants, il faut participer aux messes « des jeunes » ou à celles dites familiales ! Pourquoi un tel clivage ? Sautons ces « barrières » qui nous conduiront à mourir tout doucement à « petits feux ». Notre Évêque Mgr Blaquart nous dit : « Il n’y a pas de vie chrétienne sans fraternité vécue
largement avec tous nos frères humains » mais entre nous déjà comment se vit cette fraternité ? Ce « dimanche autrement » a cet objectif de rassembler toutes les générations et de créer des liens :

 Entre les paroissiens qui ne se connaissent pas car le Montargois rural est étendu, environ 40 kilomètres d’une extrémité à l’autre

 Entre les parents et le reste de la communauté, car les parents qui se connaissent du fait de la catéchèse de leur enfant ne rejoignent pas toujours les paroissiens fréquentant la messe des villages avoisinants, là où elle est célébrée.

 Entre les jeunes, les enfants et les adultes qui ne s’occupent pas, ou plus, de la catéchèse et de l’aumônerie !

 Entre le prêtre et nous tous, et plus particulièrement cette année où nous accueillons et ferons connaissance avec une nouvelle équipe de prêtres.
Chaque année nous essayons d’élargir notre « cadre » des invitations afin de « créer des liens » comme dans le Petit Prince et si nous arrivons à nous apprivoiser : « la vie sera comme ensoleillée » !
Quand notre Évêque parle de la fraternité, il cite Matthieu 23, 8 « Vous n’avez qu’un seul Père et vous êtes tous frères ». C’est le Christ qui nous appelle, et quand nous sommes tous rassemblés en son nom, c’est lui qui nous parle et qui nous unit dans l’Eucharistie.
Oser un « dimanche autrement » c’est se lancer un défi. Comme le remarquent les Évêques de France « le dimanche est souvent perçu d’abord comme un moment privilégié de loisirs, de détente et de retrouvailles : on préfère rester en famille ‘profiter des enfants’ ». C’est pourquoi dans notre organisation nous proposons des
temps conviviaux au moment du repas (préparé par quelques personnes dévouées afin que les mamans puissent arriver et se mettre les pieds sous la table sans avoir à préparer, ce qu’elles apprécient), et des temps intergénérationnels l’après-midi. Cette année nous animerons des jeux coopératifs intergénérationnels afin que
jeunes et adultes puissent participer, vivre ensemble, rire ensemble et comprendre par le jeu qu’à plusieurs et en regroupant nos forces il est possible de « gagner » et de bâtir des projets.
Oser un « dimanche autrement », c’est se dire qu’on n’est pas tout seul et c’est aller vers les autres :

 Pour leur porter une invitation personnelle. La personne se sent appelée, prise en considération sa présence
nous serait agréable : « tu comptes à mes yeux »

 Pour leur demander une aide particulière : « chacun selon les dons que l’Esprit-Saint nous a donnés » :
ateliers de la Parole, animation de jeux, préparation de repas, animation de chants etc….
Oser un « dimanche autrement » de rentrée :

 C’est informer des grands chantiers de l’année afin que chacun se sente concerné. Par exemple cette année nous allons insister sur les PCFF.

 C’est donner le programme des formations à la portée de tousMais ce « dimanche autrement », c’est aussi se ressourcer pour être envoyé…. au large ! Un, par an c’est peu, c’est vrai et nous réfléchissons pour imaginer de quelle manière nous pourrions en vivre un autre dans l’année, peut-être d’une autre façon.
Arlette Javoy

Catégories : Catéchèse